Image Image Image Image Image Image Image Image Image Image

Staple.ch | 20 juin 2018

Remonter la page

Top

0 commentaire

A table : la coeliakie

La coeliakie

La coeliakie ou l’intolérance au gluten est une maladie qui atteint presque 1% pour la population suisse. Cependant, trop peu de personnes savent en être porteuses, car les symptômes sont peu familiers. Décryptage de ce trouble et du régime qui s’y impose.

 


 

Spontanément, de plus en plus d’établissements proposent des produits sans gluten. Une offre qui comble la demande toujours plus forte d’aliments exempts de cette protéine. Car oui, le régime sans gluten a su attirer non plus que des « sensibles », intolérants ou allergiques, mais également des individus en recherche d’une alimentation plus saine. La protéine du gluten est fortement présente dans la plupart des céréales européennes, telles que le blé, l’orge, l’épeautre et le seigle. Ainsi, le pain, les pâtes, la semoule, une majorité des produits transformés sont interdits dans l’alimentation du coeliaque, sachant que cette maladie et ses symptômes sont incurables. Un régime sans gluten s’impose donc pour le bien-être quotidien de l’individu et ceci, à vie. Heureusement, des entreprises agroalimentaires et autres petits commerces se sont lancés dans cette tendance. 

 

Depuis quelques décennies, les cas de coeliakie se sont largement accrus. Notamment à cause de la farine de blé qui a été massivement modifiée. Les industriels ont rajouté, au fil des années, de plus en plus de gluten dans les farines, pour que les produits finaux, en particulier le pain, soient plus élastiques et gouteux. Car sans gluten, pains et pâtes sont friables et clairement moins agréables en bouche. Une surabondance de cette protéine qui a, à terme, provoqué un trop-plein dans l’alimentation des Européens. 

 

À noter que la coeliakie est une maladie auto-immune caractérisée par un système humanitaire  « en surchauffe ». Une trop grande consommation de gluten par un coeliaque entraine des douleurs abdominales dues aux lésions des villosités qui protègent l’intestin, des vomissements, des problèmes dans les selles et surtout des fortes carences en fer et des déficiences en calcium ou encore en magnésium. Une grande fatigue et des tendances à la dépression peuvent ainsi se faire sentir et surtout alerter les potentiels intolérants. À long terme, la consommation de gluten par un intolérant peut entrainer stérilité, cancer et ostéoporose (la maladie des « os en verre »). Les produits sans gluten sont donc les bienvenus dans l’alimentation contraignante du coeliaque lui permettant de vivre une alimentation presque normale, mais trois à quatre fois plus chère…

 

Crédit photo: Campus France

 


Références:

Association romande de la coeliakie

RTS : Emission 36.9° : Intolérance au gluten: et si on s’était trompé de coupable

RTS: Emission ABE: « Sans gluten »: une déferlante à la note salée »

Commenter